Les bonnes résolutions 2018

Les bonnes résolutions 2018

Ça y’est, les fêtes sont passées, nous avons souhaité la bonne année à nos proches, pensé à nos bonnes intentions… 

Et si cette année, nous les appliquions enfin  les « Bonnes résolutions »

Euh oui c’est possible mais comment s’y prendre ? 

Soyons confiant, indulgent, méthodique.

On ne va pas « changer soi-même pour changer le monde » dès le mois de janvier !  Mais c’est bien, on a déjà un objectif…

Bon disons pour plus de facilité, si on se fixe 6 choses à changer dans l’année, c’est une tous les deux mois ! Sachant que notre cerveau a besoin d’un mois pour intégrer et s’habituer au changement, cela nous donne un mois intermédiaire pour apprécier la nouveauté.

Pour les tenir ces sacrées « bonnes résolutions », on fait la liste écrite, on les planifie, on l’affiche sous nos yeux… 

      A chaque étape, on fête ça !

Pour commencer, on met en place l’objectif le plus simple, pas trop contraignant, voire amusant qui va nous encourager et nous démontrer que c’est possible.

Ainsi, les premiers résultats concrets vont nous motiver pour passer à la deuxième bonne résolution.

            Vive les challenges !

Laissons nous du temps pour apprécier cette nouvelle habitude et qu’elle devienne un rituel.             

Laissons nous la flexibilité d’assouplir ces nouvelles règles selon les contraintes externes mais en notant bien une date pour reprendre ces bonnes habitudes.

Notre agenda est une aide à notre mémoire paresseuse.

Analysons à l’avance les grandes dates de l’année à venir pour savoir où caler nos  » bonnes résolutions  » pour éviter de trop déroger. 

      Bonne visibilité sur l’année.

Soyons réaliste et pas trop ambitieux sur nos objectifs afin d’éviter la déception et le découragement. 

On peut toujours laissez le niveau 2 pour l’année prochaine le temps d’intégrer correctement le niveau 1  

                Belle motivation 

C’est toujours plus facile de se motiver quand on est plusieurs…On est souvent plus tenace quand on a partagé son envie avec un proche.

               Introspection

Essayons d’identifier la source d’un problème plutôt que d’essayer de réparer les conséquences.

Mettons en perspective les bénéfices apportés par cette nouvelle habitude et pourquoi pas s’offrir un cadeau en retour qui nous propulsera vers la « bonne résolution » suivante…

Hum, nous n’avons pas d’idées pour changer quelque chose dans notre vie si parfaite !?

Alors regardons plus loin les autres si imparfaits… 

Pensons à la phrase de Gandhi : 

« la légende du Colibri » évoqué par Pierre Rabhi.

Voici une petite liste où nous pouvons piocher selon nos envies ou besoins :

– changer de travail (si causes du stress)

– moins regarder les écrans

– mieux dormir

– lire un livre une fois par mois.

– savoir dire NON !…euh Oui aussi 

– prendre le temps de… 

– arrêter de…  

– améliorer son, sa…

– commencer ou recommencer à..

– manger plus équilibré, 

– préparer chaque semaine un bon plat (végétarien, végan…) 

– se lever ou se coucher plus tôt, 

– dépenser mieux ou moins,

– augmenter son temps de…(yoga, méditation)

– s’accorder un plaisir, un cadeau, une récompense quand on a atteint une « bonne résolution » ou qu’on a fait des économies ou gagner du temps grâce à cette résolution.

– ne pas oublier de recevoir autant qu’on  donne (massages)

La liste est sans fin dans un monde infini~

Demandons- nous ce qu’on aimerait changer au vu de cette année écoulée.

     Soyons créatifs et imaginatifs.

 » Invictus » (poème préféré de Mandela)

Swamiji aimait raconter dans La Bhagavad Gita comment Krishna enseigna la maîtrise de soi à Arjuna.

 

Alors qu’ils sont tous deux sur un char de guerre (Krishna, avatar du dieu Vishnu, en est le cocher), le divin gourou conseille à son disciple de “s’atteler à l’action d’atteler” (Yogâva yujyasva), par extension “d’apprendre à maîtriser les chevaux”.

Et ceci au sens propre (nous sommes bien au milieu d’un champ de bataille), mais surtout au sens métaphorique (nous sommes avant tout au coeur d’une leçon de vie).

La parabole du char 

Les textes védiques adoptent volontiers l’image du char tiré par les chevaux pour symboliser l’être humain : c’est la fameuse ratha kalpana. Notre corps est un char, tiré par des chevaux indisciplinés que sont nos cinq sens. Au moyen de rênes représentant le mental (manas), un cocher (qu’on appelle buddhi, l’intellect), tente de diriger les chevaux afin de ralentir le char. Notre corps transporte un passager, embarqué malgré lui dans cette course folle: ce passager, c’est Atman, notre âme ou « moi profond »­

Maitriser les chevaux de son véhicule, c’est donc contrôler ses sens, de manière à se rendre imperméable à toute perturbation externe. Étape

incontournable sur le chemin du yoga, le retrait des sens permet de maintenir un état mental stable menant à la méditation puis à la contemplation.

 

Article proposé par Brigit ~


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *