KÂLÎ काली

KÂLÎ काली

C’est La Toussaint… KALI déesse de la mort, n’est pas si effrayante qu’elle en a l’air et peut nous aider à libérer nos peurs et à inspirer quelques halloweeniens

Kâlî, vient du terme Kala, le temps en sanskrit.
Elle est connue comme étant la déesse hindou du Temps, de la mort et de la délivrance.
Elle représente la mère destructrice et créatrice de l’univers, l’énergie féminine, dispensatrice de vie et de mort.
Sa qualité de déesse de la mort, ne fait pas d’elle une représentation destructrice de l’univers et de la vie humaine, elle ne tue que les démons, c’est-à-dire le mal.
Kâlî est une incarnation de Durgâ, née de Brahma,Vishnu et Shiva, afin de détruire les démons. Chaque goutte de sang des démons tombée à terre faisait naître d’autres démons. Pour les vaincre, Durgâ s’incarna en Kâlî qui avala le démon afin que le calme règne de nouveau sur Terre.
Épouse du dieu Shiva, Kâlî est considérée comme la force qui détruit les esprits mauvais et qui protège les dévots.
Chaque divinité indienne est associée à un principe féminin fondamental dans la mythologie hindoue : de l’association de l’énergie masculine, purusha, et de l’énergie féminine, prakriti, est né le cosmos.
Kâlî détruit le mal sous toutes ses formes et notamment les branches de l’ignorance.
Elle apporte la mort de l’ego qui trouble la bonne vision de la réalité.
Elle renforce l’idée que le corps est une condition temporaire et que l’attachement à celui-ci donne naissance à l’ego.
Celui qui la vénère est libéré de la peur de la destruction.
L’aspect terrible de Kâlî est perçu comme une forme de protection et les dévots voient en elle l’image de la Mère aimante.
Nous ne pouvons pas nous délivrer du temps, ils nous consume physiquement et nous ramène à nos propres démons.
Kâlî représente le pouvoir destructeur du temps afin de nous libérer de nos peurs.

Elle est représentée nue, le regard féroce et la langue tirée, portant un long collier, descendant parfois à ses genoux, composé de crânes humains, dansant sur le corps de Shiva, qui en position de cadavre réclame son indulgence, allongé sur le dos.

• Ses 4 bras représentent les 4 directions de l’espace, identifiées au cycle complet du temps. Une main donne, et l’autre éloigne la crainte.
• Dans une autre main, elle tient une tête coupée, rappelant que rien n’échappe à la puissance du temps.
• Elle porte autour du cou une guirlande de 51 têtes coupées.
• Lorsque l’Univers est détruit, la puissance du temps reste nue. C’est pourquoi Kâlî porte l’espace comme unique vêtement.
• Son aspect effrayant symbolise son pouvoir sans limite.
• Sa langue pendue fait référence à une technique du yoga. Lorsque la langue est détachée du frein qui la retient au palais, elle est libre de l’investissement de la gorge et de donner la mort.
• L’épée figure la puissance de destruction.
• Son troisième œil est celui de la sagesse, toujours tourné vers Shiva.
• Sa peau est noire ou bleue foncée, ce qui symbolise la nuit, l’obscurité éternelle, la puissance du temps qui peut détruire ou créer.

Parfois sa main gauche fait le geste d’absence de peur, l’abhaya-mudrā

tandis que la droite fait le geste du don la varada-mudrā
                                                                                                   

 

Article proposé par Brigit


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *